L’allégorie de la Pole Dance

Mots-clés

,

20171112_112128

 

Être humain comme un spectacle de pole dance

 

Le tout, le deux.

Le un et le multiple qui le compose.

 

Pour pratiquer la pole dance, il faut deux éléments: sans surprise: une barre verticale ancrée à un support (POLE) et un-e danseur-se (DANCER).

 

POLE est un axe vertical solidement fixé, un pilier, rigide, immobile (à la rigueur, elle peut tournée sur elle-même), sûre, attirante de sérénité, ronde et polie, régulière

POLE représente mon continuum, ma sécurité, ma zone de confort, l’acquis…

 

DANCER est un être de forme variable ,mobile, flexible, il peut se déplacer de droite à gauche, de haut en bas, voir tout cela en même temps

DANCER représente l’aventure, la curiosité, la quête, la réalisation…

 

DANCER peut s’éloigner de POLE ou y être collé.

Ils peuvent être de simples partenaires de danse ou être intrinsèquement imbriqués .

Parfois DANCER ne regarde même pas POLE et parfois, POLE a DANCER accroché à son sommet.

Ces deux là ne pourront pas s’ignorer trop longtemps (sinon ce n’est plus de la POLE dance), et non plus resté soudés indéfiniment (sinon ce n’est plus de la pole DANCE)

Le spectacle est composé de ces deux éléments indéfectibles ET de la mouvance de leur relation.

 

Parfois, POLE a peur que DANCER prenne des risques en s’éloignant.

Parfois, DANCER rêve de quitter POLE, l’accusant de ses limites.

 

Un jour, l’être humain part à l’aventure de la rencontre.

Et pour pouvoir échanger et partager, il tente de se définir.

Chacun peut s’identifier comme étant tantôt plutôt POLE ou tantôt plutôt DANCER, selon qu’il se sent garant de stabilité ou de mouvement.

Quand deux êtres humains se rencontrent, c’est deux spectacles de pole dance qui se réunissent.

C’est une danse intéressante, comme des petits singes qui jouent à passer des branches en branches (mais avec classe 😉 ).

 

Deux DANCERS sur une même POLE (nécessairement liée à l’un des deux DANCERS), ça peut être très joli et artistique, c’est de l’échange et du partage mais au bout d’un moment on se gêne, on n’est plus si libre qu’on ne le voulait, on est fatigué de devoir s’adapter.

Alors on va chercher une autre POLE et en attendant de la rejoindre nous papillonnons, chancelants. La POLE qui avait été abandonnée précédemment reste stable, temporairement vide de sens, rigide, bloquée, inerte, espérant un DANCER pour lui redonner un élan.

Chaque aspect est amputé de l’autre.

 

Cette dynamique en quête d’équilibre peut donner des situations dommageables:

Si j’abandonne ma POLE pour privilégier celle de l’autre, je le rend garant de ma sécurité et me rend dépendant de lui. Ainsi je restreins ma liberté.

Si le contraire se produit, je vais être tenté de croire que je doit choisir: soit rester coincé avec ma sécurité et mon besoin de contribuer à l’autre, soit tout abandonner, repère et relation, peut-être en quête de quelqu’un qui me fera une place sur sa POLE puisque j’ai abandonné la mienne.

Comme l’être humain a un instinct grégaire très fort qui lui dit qu’être en relation, c’est une condition sine qua none à sa survie, je vais me plier en quatre pour m’adapter d’une manière ou d’une autre.

 

Pour pratiquer une pole dance saine, j’ai quelques propositions:

 

Utiliser une caméra du style de celles qu’on trouve en Communication non-violente, de pleine conscience, celle du reporter, de l’observateur le plus objectif possible pour pouvoir observer votre danse et faire le point au fur et à mesure afin vérifier la fluidité et la diversité de la dynamique entre notre POLE et notre DANCER, ces deux entités apparemment distinctes qui forment un tout cohérent et vivant. Vérifier aussi que POLE soit solidement ancrée et que DANCER soit suffisamment assuré de la présence de POLE pour pouvoir s’en éloigner, tout en la gardant en conscience (pour ne pas l’abandonner ni la heurter).

 

En spectacle à deux, vérifier que chacun soit complet: POLE qui permet sécurité et stabilité et DANCER qui permet le mouvement et la rencontre. Afin que chacun puisse accueillir l’autre en son espace sans que quiconque ne soit dépourvu de quoique ce soit.

 

Et nous pourrions, chacun, danser de cette façon, même en spectacle à plusieurs (en situation sociale). Nous pourrons ainsi virevolter les uns avec les autres en toute quiétude dans une incroyable richesse.

Ego

Communic’Con

Publicités