IMG_6409

Je me retrouve donc au bord de cette piscine à devoir aller chercher ce mannequin hors de l’eau.


Je me sens un peu abrutie par l’absurdité de la situation: je n’ai jamais réussi à le remonter aux entrainements, alors par quel miracle y arriverais-je maintenant, avec en plus l’enjeu de l’examen?
Pourquoi est-ce que je plongerais? Pourquoi affronter l’humiliation de l’échec?


Les filles du groupe de natation, ce ne sont pas mes copines. Je n’ai pas de copains dans ce collège. J’ai une classe d’avance alors ils me prennent pour un bébé et se refusent à prendre le risque d’être vu avec « celle qui joue probablement encore à la poupée ».


Peut-être est-ce la magie humaine, qui dans les moments de difficultés communes, développe l’empathie et dissout les clivages, je ne sais pas, mais elles m’ont encouragé.


J’ai dû me retourner vers elles car je n’y croyais pas.


Peut-être qu’elles croyaient en la possibilité de ma réussite, peut-être qu’elles m’acceptaient pour une minute dans leur monde, qu’elles reconnaissaient mon existence…


Et ça me transformait. J’ai senti une énergie nouvelle. Mes pensées passèrent d' »à quoi bon? » à « pourquoi pas? ». Le champ des possibles s’est ouvert et j’ai plongé. Je leur devais se sortir ce mannequin de l’eau. Pas pour gagner leur amitié ou leur reconnaissance, mais pour ne pas gâcher leur énergie et leur élan. Je devais les employer au mieux, leur rendre hommage.


Mes amis, j’ai réussi.


Seule avec des croyances sur moi-même, je ne pouvais pas sortir ce mannequin de l’eau. Il ne m’avait même pas traversé l’esprit que ce coup-ci pourrait être, justement, celui qui manquait à ma réussite. Car c’est comme cela que ça fonctionne: on essaie, on pratique et on finit par y arriver.


Il m’a fallu cette magie, cette coopération, cet élan de compassion.


J’aime à me dire autonome, j’aspire à ce que ma joie et mon courage viennent de mes ressources personnelles, mais en bon être humain, je suis faillible.

Heureusement pour moi, il y en a d’autres qui sont prêts à m’aider, même juste une fois, au hasard des circonstances.

Si j’ai du mal à trouver la bienveillance et la confiance en moi en un instant, peut-être puis-je avoir la chance de croiser celle d’un autre qui m’inspirera et me remontrera le chemin vers moi.

Ego

Publicités